Katcross
Katcross
BIO

Au cœur de Katcross, une pulsation vitale, une alchimie voix / machines autour de laquelle gravitent une myriade de sons fourmillants, lumineux. Kat et Mat élaborent une synthpop qui n’appartient qu’à eux et qu’ils savent faire vivre sur la scène avec intensité, une musique de danse qui n’est pas un simple transport de surface pour night clubs, mais pose des questions essentielles, humaines profondément. « We’re looking for some answers » dit Kat dans la chanson « Two Sides ».

 

Le légendaire Tricky, en grand frère bienveillant, ne s’y est pas trompé qui, dès 2003, inclut un morceau du groupe, « Symphony for Irony », dans sa compilation personnelle pour la série Back to Mine. Katcross s’y retrouve aux côtés de The Cure, Eric B & Rakim, The Beat, Dr. John, Morphine, Buzzcocks, Le Tigre, Gregory Isaac, Kate Bush, Chet Baker… Excusez du peu.

 

Pour l’enregistrement de Dowloading Time, son tout nouvel opus, le duo a fait appel à une autre pointure de Bristol : Jim Barr, bassiste live de Portishead, membre du quartet Get The Blessing, et qui possède son propre studio, le J and J, dans la ville berceau du trip hop.

 

Dès le premier morceau du disque, le somptueux « I am the Machine », qui a la grâce mélodique d’un David Bowie (je pèse mes mots), le corps est là, central, archiprésent : il prend forme, se forme, se transforme, comme le chante Kat un peu plus tard dans « 2sides ». Parce que oui, on peut danser et faire marcher sa tête en même temps, se fondre dans les rythmes, s’immerger dans les sons non pas pour s’oublier mais pour se retrouver. L’électro est ici organique, mutante, évoquant parfois Björk ou LCD Soundsystem sans jamais être imitative. La chaleur et l’électricité ne sont pas en reste : dans le grain de voix de Kat, ses claviers ludiques, dans la paire sax / trompette des invités de luxe Jake McMurchie et Peter Judge (de Get the Blessing), dans les guitares de Mat nourries de rock garage ou ses synthés modulaires d’apprenti Raymond Scott…

 

Et que dire des surprises qui nous sont distillées tout au long de l’album ? Les cordes sur « In the Meantime », tout droit sorties d’une vielle à roue ; la ritournelle de guitare délicieusement surf de « Two Sides » plongeant sans crier gare dans une transe techno taillée pour les dance floors ; les explosions des cuivres soudés-fondus aux synthés… Chacune des sept pistes de Dowloading Time est une mine et révèle ses pépites au fil des écoutes.

 

Sur la pochette de l’album, on aperçoit Kat et Mat, personnages de cartoon analogique, en train d’escalader une montagne numérique à mains nues, comme portés par le vent (« carried by the wind » chante Kat dans « VO2 Max »). C’est qu’il y a dans ce disque, un appel à se dépasser, à chercher toujours plus loin, à créer des matières sonores comme autant de nouvelles voies à tracer, de nouveaux espaces à défricher. La corde jaune de laquelle ils s’aident pour grimper, c’est le fil rouge présent depuis le début de leur aventure artistique : exigence sans failles, parfaite cohérence musicale, désir d’invention qui les hissent toujours plus fort vers les hauteurs.

AUDIO
VIDEO
TOUR
Vendredi 08 juin 2018
CAHORS (46)
Festival "Let's Docks !" - Les Docks
19:00
LIENS

Site web : http://www.katcross.com/ 

DISCOGRAPHIE
Downloading Time
2017
Bridge The Distance (EP)
2014
Canada's Car album project
2012
Déjà Vu
2010
Work in Progress
2005